Accueil
 
Opioïdes
» Traitement ou demande d'assistance
SourcesMonitorage act-info (2006-2015).

Le système de monitorage act-info permet une représentation partielle des tendances relatives aux demandes d'assistance et de traitements pour un problème d'usage d'opioïdes. Afin d'assurer la cohérence des données, seules les institutions qui ont participé de manière continue au monitorage entre 2006 et 2015 sont représentées. Par ailleurs, ces données n'englobent pas les demandes pour traitements de substitution à la méthadone, qui représentent la forme de prise en charge la plus courante en Suisse. Le nombre total de clients traités annuellement en Suisse reste donc inconnu.

Jusqu'en 2009, l'usage d'opioïdes était, parmi les substances illicites, le plus fréquemment mentionné comme problème principal par les personnes entrant en traitement dans les institutions participant au réseau de monitorage act-info. Depuis 2010, le nombre d'admissions liées à l'usage d'opioïdes est inférieur au nombre d'admissions liées à l'usage de cannabis (Figure).

En considérant l'ensemble des admissions d'un côté (voir figure ci-dessous: act-info - Nombre d'admissions pour un problème principal lié aux opioïdes, par sexe (2006-2015)et en ne sélectionnant que les premières admissions de l'autre (Figure), on observe des tendances semblables pour les deux types. Alors que le nombre d'admissions était plutôt en augmentation jusqu'en 2009, un net recul s'est amorcé par la suite - avec une baisse d'un tiers environ sur l'ensemble des admissions - et ce dans des proportions égales pour les hommes et les femmes. Le nombre des admissions dans son ensemble a atteint son point le plus bas en 2012 et tend à remonter par la suite. Quant aux premières admissions, leur nombre a diminué jusqu'en 2013 pour repartir en légère hausse par la suite.

act-info - Nombre d'admissions pour un problème principal lié aux opioïdes, par sexe (2006-2015)

Notes:Seules les données des institutions qui ont participé de manière continue au monitorage entre 2006 et 2015 sont représentées, ce qui correspond à 78.3% des cas enregistrés entre 2006 et 2015, pour une participation globale des institutions de 42.3%.
Source:Propres calculs réalisés sur la base de données act-info 2006 à 2015.
top

 

www.substitution.ch