Accueil
 
Usage de substances multiples
» Traitement ou demande d'assistance
SourcesMonitorage act-info (2004-2016).

Le monitorage act-info a intégré depuis 2013 une catégorie "usage de substances multiples" proche de la définition de la CIM-10 (lorsque plusieurs substances contribuent en même temps au problème et qu'il est difficile de déterminer laquelle est principalement en cause). Avant 2013, l'usage de substances multiples ne pouvait être estimé qu'à travers l'analyse détaillée des problèmes secondaires. Les informations sur les problèmes secondaires continuent d'être récoltées quand le problème principal est clair.

En 2016, l'usage de substances multiples concernait 15.5% des personnes ayant commencé un traitement pour usage problématique de substances (hommes: 16.4%, femmes: 15.2%).

Depuis 2013, environ trois personnes sur quatre ayant commencé un traitement pour un problème principal d'opiacés ou cocaïne ont déclaré avoir des problèmes avec une ou plusieurs substances secondaires. Avant la révision des instruments, cette proportion avait baissé entre 2004 et 2012 (Tableau). Parmi les personnes entrant en traitement pour un problème principal d'alcool ou de cannabis, la proportion de celles ayant plus d'une substance posant problème s'élevait depuis 2013 à un peu plus de 40%. Avant la révision des instruments, cette proportion était restée relativement stable entre 2004 et 2012. Le saut observé entre 2012 et 2013 pour l'ensemble des quatre substances est de toute évidence attribuable aux changements opérés dans le questionnaire.

Il est à noter que le monitorage act-info ne permet qu'une représentation partielle des tendances de demandes d'assistance et de traitements. Certaines institutions de traitement ne participant pas (ou de manière irrégulière) à ce monitorage, le nombre exact de clients traités annuellement en Suisse reste inconnu.

top

 

www.substitution.ch